article

L’ar(t)naque

Par  Benjamin

Publié le 25 janvier 2020

Une œuvre produite par une intelligence artificielle vient de se vendre pour 390 000 euros. On est très loin des 98 000 euros obtenus par Google en 2016 au profit d’une œuvre caritative. Ici, c’est une nouvelle ère qui commence pour le marché de l’art.

Pierre Fautrel, Co-fondateur d'Obvious, "Portrait d'Edmond Bellamy", Photo: Timothy A. Clary Source: AFP

L’œuvre vendue représente Edmond Bellamy, célèbre auteur de roman. Le portrait a été produit par une intelligence artificielle orchestrée par le collectif français Obvious. L’IA a travaillé avec un corpus d’image d’environ 15 000 images. L’œuvre n’est donc pas sortie d’un atelier, mais simplement d’une imprimante cette fois, bien sûr moulinée par un ordinateur. Ne cherchez pas pour le moment les coups de pinceaux, mais cela serait tout à fait possible avec des impressions en reliefs à l’avenir. Le monde de l’art est peut être encore réticent à cette forme d’expression, mais nul doute que celle-ci s’imposera, comme la photo à ses débuts. Sauf qu’il est difficile d’identifier l’artiste, est-ce l’IA ou la personne entre le clavier et la chaise ? Pour le moment le moment le concept reste humain, mais pour combien d’année encore ? L’art sera-t-il la porte d’entrée du ghost dans la machine ?
Crédit image : Obvious
comments powered by Disqus